Journée d’études #2 (22 mars 2023)

Programme de la journée d’études du 23 mars 2023
Qu’est-ce qu’une validation empirique ? Histoire & Mesure, Journée d’études #2

Quantification, sources et administration de la preuve seront au cœur de cette nouvelle journée d’études, organisée par la revue, autour de la question « Qu’est ce qu’une validation empirique ? »

MERCREDI 22 MARS 2023
9 h 30-17 h 30
École des hautes études en sciences sociales
54 bd Raspail, 75006 Paris
Salle BS1-28 (sous-sol)

Les tensions entre sources et données sont au moins de deux natures :

  • les unes peuvent s’apparenter aux traces issues du travail que les sociétés ont effectué sur elles-mêmes, les autres aux modélisations ou stylisations que les sciences sociales ont effectuées depuis ces mêmes matériaux ;
  • les unes sont également supposées être propres à la démarche historiographique et empirique, les autres aux sciences sociales dites « dures » et aux méthodes plus systémiques qui seraient les leurs (économie, sociologie, démographie).

Toutefois ces régimes d’opposition méritent d’être remis en discussion. À cette fin, il est essentiel de questionner la relation nouée entre ces divers éléments : d’une part, en tenant compte de la multiplicité des « artefacts » qui sont à l’origine des données (textes narratifs ou normés, questionnaires, repères archéologiques, iconographies, etc.), de leur caractère plus ou moins réductible ou sériel ; et, d’autre part, en prenant en considération les historicités et les aires culturelles différentes dans lesquelles ils s’inscrivent.

En quoi le fait de travailler sur l’Antiquité ou sur l’époque contemporaine, sur la France ou sur l’Inde, affecte ou conditionne le passage de l’artefact à la quantification ? Par là même, comment la procédure de « validation » est-elle fondée, et quels en sont alors les attendus ? Plus largement, la preuve s’administre-t-elle de la même manière dès lors qu’un exercice historique repose sur la mesure des phénomènes, au-delà des contextes disciplinaires, des périodisations de l’histoire ou des partitions géographiques ? Si l’on convient que l’abondance des sources et des artefacts ne peut seule suffire à influencer les possibilités de validation et de quantification, ainsi la réponse à toutes ces questions, à n’en pas douter, nécessite un examen en profondeur dont cette journée souhaiterait être l’occasion.


La journée d’étude s’organisera en quatre petits panels où seront réuni·es des historien·nes travaillant sur les grandes périodes de l’historiographie occidentale et des historien·nes d’autres aires culturelles travaillant sur des périodes comparables.

Dans chacun des panels, deux intervenant·es issu·es de deux aires différentes présenteront une étude de cas choisie pour sa portée illustrative sur le plan de la méthode ; il s’agira de mettre en avant la construction des sources/données/artefacts, avec une attention particulière portée aux contraintes que font peser les outils de mesure contemporains sur les réalités ainsi quantifiées, pour ensuite décrire la mobilisation de ces données quantitatives et leur intégration au raisonnement historique, et plus spécifiquement dans l’objectif d’une administration de la preuve. Cette analyse devra être attentive à favoriser le dialogue avec d’autres périodes et aires culturelles, sans se limiter à détailler ou singulariser l’exemple avancé.

Une table ronde finale cherchera à résumer et développer les principales lignes de discussion.

Voir le programme détaillé.


Contact : histoiremesure@services.cnrs.fr Site de la revue : https://journals.openedition.org/histoiremesure



Citer ce billet
webmestre (2023, 15 février). Journée d’études #2 (22 mars 2023). HISTOIRES ET MESURES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn7g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.