Appel à contributions : “Dirty data” et nouvelles histoires quantitatives (French History)

Dossier spécial de la revue French History visant à interroger les possibilités – et les périls – des méthodes quantitatives au XXIe siècle (“Dirty Data and New Quantitative Histories” / « Dirty data et nouvelles histoires quantitatives »)

Envoi des propositions initiales : avant le 15 juillet 2024
Remise des articles complets : début 2025
Contact : Will Pooley
Langue : anglais ou français

Description complète : https://academic.oup.com/fh/pages/call-for-papers-dirty-data-and-new-quantitative-histories

La recherche historique n’est plus la même à l’ère de « Big Data »…

Grâce au travail des archivistes, des bibliothécaires et d’autres chercheurs pour cataloguer, numériser et analyser les documents historiques, il n’a jamais été aussi facile d’accéder à une telle abondance de sources historiques. Dans leur « History Manifesto » publié récemment, Guldi et Armitage incitent les historiens à adopter une quantification étendue afin de tirer parti des possibilités offertes par les nouvelles technologies numériques. Mais comment les historiens peuvent-ils mener une recherche historique quantitative qui soit à la fois rigoureuse et perspicace ? French History lance un appel à contribution à ce dossier spécial qui vise à interroger les possibilités – et les périls – des méthodes quantitatives au XXIe siècle.

L’histoire de France et du monde francophone a été un terrain d’innovation et d’expérimentation pour les approches quantitatives, depuis les intérêts économiques et sociologiques de la première génération de l’école des Annales, jusqu’à l’utilisation de l’anthropométrie par des historiens tels qu’Emmanuel le Roy Ladurie. Mais plutôt que de relancer les débats de la fin du XXe siècle, ce dossier s’inspire de ce que Claire Lemercier et Claire Zalc ont récemment qualifié de « quieter hybridisations » (« hybridations plus subtiles ») entre approches quantitatives et qualitatives. Comment les historiens de la France et du monde francophone comptent-ils aujourd’hui ? Et comment peut-on affirmer la valeur intrinsèque ce qu’on puisse appeler « dirty data », des traces brutes et non filtrées du passé, trouvées dans diverses sources archivées et publiées, face aux méthodes quantitatives dominantes dans les sciences humaines et sociales qui valorisent des données nettoyées ?

Nous invitons des contributions sur les méthodes quantitatives dans le contexte de la France et du monde francophone toute période confondue. Les contributions pourraient proposer des réflexions sur les sujets suivants:

  • Processus et les méthodes quantitatives, que ce soit dans le cadre des archives ou dans les domiciles de particulier
  • Boîtes à outils et méthodologies pour un comptage réfléchi
  • Petites histoires qui utilisent le big data
  • Études de cas de situations quantitativement inhabituelles et idiosyncratiques
  • Expériences de visualisation de données, notamment SIG, analyse de réseau ou graphiques de retour aux sources
  • Compter la criminalité, la population, le commerce, les votes, ou n’importe quel phénomène du passé.

Les propositions initiales comprenant un résumé de l’article de 500 mots et un C. V. de deux pages doivent être envoyées à Will Pooley avant le 15 juillet 2024.

Les articles complets d’une taille maximale de 10000 mots, notes de bas de page comprises, seront à rendre début 2025. Les articles peuvent être soumis en anglais ou en français. French History propose un service de traduction gratuit du français vers l’anglais pour les articles acceptés.



Citer ce billet
webmestre (2024, 23 avril). Appel à contributions : “Dirty data” et nouvelles histoires quantitatives (French History). HISTOIRES ET MESURES. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9gz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.